Archives par étiquette : LPPR

STOP à la casse de l’Université

Logo de la section SNESUP-FSU de l'URCA

Appel à mobilisation

Reims, le 14 novembre 2020

STOP à la casse de l’Université

Assemblée générale des personnels de l’URCA
Lundi 16 novembre 2020 – 18h30

Chers et chères collègues,

La loi de programmation de la recherche (LPR) terminera son parcours parlementaire la semaine prochaine par les votes par l’Assemblée nationale mardi à 21h et par le Sénat vendredi à 11h du texte issu de la commission mixte paritaire. Le texte initial de la LPR multiplie les attaques contre le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche et y accentue la précarité : généralisation du financement par projets, développement des statuts dérogatoires et du recrutement sur des contrats à durée déterminée.

Outre ces graves attaques, les mesures adoptées par la commission mixte paritaire dégradent encore plus le statut national des enseignants-chercheurs et remettent en cause leur indépendance en offrant la possibilité aux établissements de recruter directement les futurs maîtres de conférences sans qualification préalable par le CNU et en supprimant la qualification autorisant l’accès des maîtres de conférences titulaires au corps des professeurs. Elles mettent ainsi à mal l’évaluation par les pairs et favorisent encore plus le localisme et le népotisme. Elles criminalisent aussi l’organisation de réunions ou de manifestations sur les campus (jusqu’à 3 ans de prison et de lourdes amendes), préparant ainsi tout un appareil répressif contre le monde universitaire et son potentiel critique.

Mercredi, le CNESER rendra son avis sur le Projet de Loi de Finances 2021, budget qui fait suite à un projet de loi de finances rectificative dont le SNESUP-FSU a pu d’ores et déjà dénoncer l’insuffisance.

Hier, la ministre a persisté dans le mépris et la provocation vis-à-vis de la communauté universitaire dans une tribune publiée par le journal Le Monde. Elle a attaqué de manière éhontée la CP-CNU après l’avoir écartée de toute discussion sur les amendements concernant la suppression de la qualification par le CNU (voir ici la lettre de la CP-CNU au Président de la République toujours ouverte à signature).

L’attaque contre l’Université et les libertés académiques est sans précédent.

Le SNESUP-FSU a déposé un préavis de grève dès le 4 novembre dernier. Il court jusqu’au 30 novembre et vise à soutenir l’ensemble des collègues engagé·es dans les actions nationales et locales en cours contre la LPR et les initiatives multiples auxquelles ils et elles pourraient prendre part : vous le trouverez en cliquant ici.

Dans un contexte difficile, nous vous appelons à continuer à défendre, ensemble, le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Nous vous invitons à participer à l’Assemblée générale en ligne des personnels de l’URCA :

Lundi 16 novembre 2020 à partir de 18h30

Cf. lien reçu par courriel sur votre boîte univ-reims.fr

La section SNESUP‑FSU de l’URCA

snesup-fsu@univ-reims.fr  –  www.snesup-fsu-urca.fr  –  twitter.com/SnesupUrca

LPPR : Les raisons de la colère

LPPR :
les raisons de la colère

Le 5 mars, l’enseignement supérieur et la recherche s’arrêtent

Grève, manifestations,

rassemblements,

réflexions et actions collectives

Pour une autre loi de programmation

Pour l’emploi et les salaires (60 000 créations en 10 ans, revalorisation des traitements pour toutes et tous et diminution des obligations de service)

Contre la précarité

Pour l’augmentation des budgets de base/récurrents des laboratoires

Contre la généralisation du recours aux appels à projets

Pour une recherche libre et indépendante

Analyse détaillée : site du SNESUP (.pdf)

snesup-fsu@univ-reims.fr  –  www.snesup-fsu-urca.fr

Le combat continue

Logo de la section SNESUP-FSU de l'URCA

Le combat continue

L’Assemblée Nationale a commencé ce lundi l’examen en séance publique du projet de réforme des retraites. Son dogmatisme et ses dissimulations se confirment. Pour l’essentiel, le gouvernement maintient ses propositions inacceptables et refuse de prendre en compte le refus massif de son projet au sein de la population. Dans l’ESR, les personnels sont de plus en plus nombreux à être convaincus qu’ils seraient parmi les grands perdants de la réforme portée par le gouvernement.

Ce temps de débats parlementaires doit aussi être un temps de mobilisations. Il nous faut continuer à nous exprimer pour contraindre le gouvernement à reculer, à retirer ce projet de réforme des retraites et à entendre nos revendications.

Nous appelons les personnels et les étudiants de l’URCA et plus généralement de l’ESR à poursuivre la mobilisation contre les projets délétères (retraites, LPPR, FDE…) du gouvernement et à interpeller leurs députés à leurs sujets.

Manifestations ou rassemblements
jeudi 20 février 2020

  • Reims : 10h – Maison des syndicats, 15 boulevard de la Paix
  • Troyes : 10h30 – Parvis de la gare
  • Sedan : 17h30 – Parvis de la gare
  • Châlons-en-Champagne : 10h – Place de Verdun
  • Chaumont : 15h – Place de la mairie

Pour les collègues BIATSS, le communiqué du 16 mai 2008 de la direction de l’université indique : « la seule participation à la manifestation les jours de grève n’entraînera pas de retenue de salaire. Les agents devront prévenir leur chef de service de leur départ ».

La section SNESUP-FSU de l’URCA

snesup-fsu@univ-reims.fr  –  www.snesup-fsu-urca.fr

Non, les personnels de l’ESR et de l’URCA ne sont pas dupes !

Logos des organisations syndicales

Non, les personnels de l’ESR et de l’URCA ne sont pas dupes !
Ils confirment leur refus de la loi retraite et de la LPPR !

Après deux mois d’intenses mobilisations et alors que le conseil des ministres adoptait deux projets de loi concernant la réforme des retraites, la journée du vendredi 24 janvier a fait mentir ceux qui prophétisaient ce jour là un « baroud d’honneur » en rassemblant plus d’un million de personnes pour demander le retrait des projets de loi retraite et LPPR et dénoncer la politique menée par le gouvernement. Dans les cortèges, le nombre de collègues de l’enseignement supérieur qui ont défilé derrière des banderoles intersyndicales ou celles de leurs établissements est en nette hausse.

Le jour-même, le Conseil d’État a rendu public son avis sur le projet de création d’un régime universel de retraite. Il confirme que les personnels de l’enseignement supérieur et notamment les enseignant·e·s, les chercheur·e·s sont parmi les grand·e·s perdant·e·s de la réforme. Il confirme aussi que le gouvernement s’est moqué de ses agent·e·s. En effet son engagement de les revaloriser par le biais d’une loi de programmation est battu en brèche : le Conseil d’État déclare cette prétendue « garantie » condamnée à disparaître du texte car « ces dispositions constituent une injonction au gouvernement de déposer un projet de loi et sont ainsi contraires à la Constitution ». S’ajoute à cela des études d’impact du gouvernement truquées. Les études corrigées confirment que les femmes avec enfants sont les grandes perdantes et que les petits salaires perdent plus que les gros. De plus la notion d’âge pivot reste également présent dans le projet de loi pour s’appliquer à toutes les générations partant après 2037. Elles seront obligées de partir en retraite de plus en plus tard !

Le retrait de ce projet de loi s’impose et des discussions, déconnectées de la question des retraites, sur la revalorisation concernant tou·te·s les agent·e·s de la fonction publique doivent avoir lieu.

Non, les personnels de l’ESR et de l’URCA ne sont pas dupes !
Disons-le plus fort que jamais ce mercredi 29 janvier !

Le mercredi 29 janvier, veille de la conférence de « financement », doit être une journée massive de grève et de manifestations interprofessionnelles et intergénérationnelles.

Emmenons tou·t·es les collègues et étudiant·e·s avec nous, et poursuivons le renforcement et l’élargissement de la mobilisation en multipliant les initiatives les jeudi et vendredi qui suivent notamment avec des retraites aux flambeaux, des dépôts d’outils de travail, des assemblées générales, des initiatives en direction de la population.

  • Reims : 10h – Maison des syndicats, 15 boulevard de la Paix  Localisation sur google map
  • Troyes : 14h30 – Rond-point Robert Galley (devant Troyes Champagne Métropole)  Localisation sur google map
  • Charleville-Mézières : 13h – Place Ducale (départ du cortège à 14h)  Localisation sur google map
  • Chaumont : 15h – Place de l’Hôtel de Ville  Localisation sur google map

Pour les collègues BIATSS, le communiqué du 16 mai 2008 de la direction de l’université indique : « la seule participation à la manifestation les jours de grève n’entraînera pas de retenue de salaire. Les agents devront prévenir leur chef de service de leur départ ».

FO ESR, SNASUB-FSU, SNESUP-FSU, SPURCA-CGT