Archives par étiquette : Mézières

Le déni de réalité, ça suffit ! Toutes et tous en grève, le 26 janvier !

Logo de la section SNESUP-FSU de l'URCA

Appel à mobilisation

Reims, le 22 janvier 2021

Le déni de réalité, ça suffit !
Toutes et tous en grève, le 26 janvier !

Salaires

LA MINISTRE :

« Un moment historique, qui marque le plus grand plan de revalorisations et de promotions des carrières scientifiques depuis des décennies. »

Frédérique Vidal, le 12 octobre 2020

LA RÉALITÉ : un jeu de dupes !

  • ■ Un point d’indice quasi-gelé depuis 20 ans (2 mois de salaire en moins/an) ;
  • ■ Une revalorisation sur 7 ans qui scelle le déclassement du doctorat et le retard par rapport aux autres ministères ;
  • ■ Une revalorisation quasi-exclusivement sous la forme de primes ;
  • ■ Un salaire moyen des enseignant·es-chercheur·es et des chercheur·es à 63 % de la moyenne européenne ;
  • ■ Une fausse requalification des emplois BIATSS qui ne concerne qu’une minorité de personnels.

Emplois

LA MINISTRE :

« Notre pays ne compte pas assez d’enseignants-chercheurs ».

Frédérique Vidal, le 1er décembre 2020

LA RÉALITÉ : une précarisation continue

  • ■ Le plus haut taux de contractuel·les de toute la fonction publique d’État : 35% ;
  • ■ Depuis 10 ans, un nombre d’enseignant·es-chercheur·es et d’enseignant·es titulaires qui baisse alors que le nombre d’étudiant·es a augmenté de 22% ;
  • ■ 4 millions d’heures d’enseignement supplémentaires et plus de 130 000 vacataires payés en dessous du SMIC horaire ;
  • ■ Des milliers de postes gelés (BIATSS, enseignant·es et enseignant·es-chercheur·es) ;
  • ■ Une loi de programmation de la recherche qui accentue encore le taux de contractuel·les et les inégalités.

Recherche

LA MINISTRE :

« Le sous-investissement chronique dans notre recherche est tel que l’on peut parler d’une décennie perdue »

Frédérique Vidal, le 28 octobre 2020

LA RÉALITÉ : l’ambition n’est pas à l’ordre du jour

  • ■ Une trajectoire budgétaire à 10 ans très insuffisante et insincère ;
  • ■ Un doctorat toujours pas reconnu ;
  • ■ Des financements récurrents insuffisants : 65 % des recherches effectuées dans des laboratoires dépendent des appels à projets ;
  • ■ L’indépendance des scientifiques menacée par un renforcement de l’ANR, des appels à projets et du pilotage des thématiques de recherche.

Crise sanitaire

LE PRÉSIDENT :

« Aucun jeune ne doit se retrouver sans solution ».

Emmanuel Macron, le 23 juillet 2020

LA RÉALITÉ : débrouillez-vous !

  • ■ Des établissements fermés à la quasi-totalité des usagers depuis des mois ;
  • ■ Une précarité psychologique et financière des étudiant·es, pas d’augmentation des bourses ni d’accès au RSA ;
  • ■ Une surcharge de travail et un épuisement de tous les personnels pour faire face aux contraintes de la crise.

Service public de l’ESR

LA MINISTRE :

« Ce que je souhaite au contraire, c’est un État stratège, qui puisse accompagner et soutenir les établissements ».

Frédérique Vidal, le 28 août 2019

LA RÉALITÉ : une égalité d’accès mise en cause

  • ■ Une sélection toujours plus grande à l’entrée de la licence et du master ;
  • ■ Des taux d’encadrement et des subventions de l’État qui varient du simple au double entre les universités ;
  • ■ Une marchandisation croissante des formations ;
  • ■ Des frais d’inscription qui augmentent sans cesse ;
  • ■ La volonté de différencier les dotations des laboratoires avec le HCERES.

Conditions de travail

LA MINISTRE :

« La République a noué un pacte des personnels avec ses scientifiques, ses chercheurs, ses enseignants-chercheurs, … ».

Frédérique Vidal, le 28 octobre 2020

LA RÉALITÉ : une dégradation des conditions de travail des personnels

  • ■ Des restructurations incessantes qui déstabilisent les équipes de travail ;
  • ■ Une désorganisation des conditions d’exercice des métiers ;
  • ■ Une mise en concurrence et une injonction à l’excellence généralisée ;
  • ■ Une souffrance au travail accentuée par un management néolibéral.

Toutes et tous en grève, le 26 janvier !

pour le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche

Dans notre région des rassemblements et des manifestations auront lieu à :

Reims

Manifestation à 10h devant la Maison des syndicats (15 bd de la Paix)

Troyes

Rassemblement devant la préfecture à 14h suivi d’une manifestation qui passera devant l’Inspection académique et qui s’achèvera sur la place de la Mairie

Charleville-Mézières

Rassemblement à partir 13h30 devant la DSDEN puis manifestation à partir de 14h

Tract FSU pour l’ESR 26 janvier

Préavis de grève du 26 janvier au 4 février

Attestation de déplacement dérogatoire

Grève: informations et recommandations du SNESUP-FSU

La section SNESUP‑FSU de l’URCA

snesup-fsu@univ-reims.fr  –  www.snesup-fsu-urca.fr  –  twitter.com/SnesupUrca

LPPR : Les raisons de la colère

LPPR :
les raisons de la colère

Le 5 mars, l’enseignement supérieur et la recherche s’arrêtent

Grève, manifestations,

rassemblements,

réflexions et actions collectives

Pour une autre loi de programmation

Pour l’emploi et les salaires (60 000 créations en 10 ans, revalorisation des traitements pour toutes et tous et diminution des obligations de service)

Contre la précarité

Pour l’augmentation des budgets de base/récurrents des laboratoires

Contre la généralisation du recours aux appels à projets

Pour une recherche libre et indépendante

Analyse détaillée : site du SNESUP (.pdf)

snesup-fsu@univ-reims.fr  –  www.snesup-fsu-urca.fr

Le combat continue

Logo de la section SNESUP-FSU de l'URCA

Le combat continue

L’Assemblée Nationale a commencé ce lundi l’examen en séance publique du projet de réforme des retraites. Son dogmatisme et ses dissimulations se confirment. Pour l’essentiel, le gouvernement maintient ses propositions inacceptables et refuse de prendre en compte le refus massif de son projet au sein de la population. Dans l’ESR, les personnels sont de plus en plus nombreux à être convaincus qu’ils seraient parmi les grands perdants de la réforme portée par le gouvernement.

Ce temps de débats parlementaires doit aussi être un temps de mobilisations. Il nous faut continuer à nous exprimer pour contraindre le gouvernement à reculer, à retirer ce projet de réforme des retraites et à entendre nos revendications.

Nous appelons les personnels et les étudiants de l’URCA et plus généralement de l’ESR à poursuivre la mobilisation contre les projets délétères (retraites, LPPR, FDE…) du gouvernement et à interpeller leurs députés à leurs sujets.

Manifestations ou rassemblements
jeudi 20 février 2020

  • Reims : 10h – Maison des syndicats, 15 boulevard de la Paix
  • Troyes : 10h30 – Parvis de la gare
  • Sedan : 17h30 – Parvis de la gare
  • Châlons-en-Champagne : 10h – Place de Verdun
  • Chaumont : 15h – Place de la mairie

Pour les collègues BIATSS, le communiqué du 16 mai 2008 de la direction de l’université indique : « la seule participation à la manifestation les jours de grève n’entraînera pas de retenue de salaire. Les agents devront prévenir leur chef de service de leur départ ».

La section SNESUP-FSU de l’URCA

snesup-fsu@univ-reims.fr  –  www.snesup-fsu-urca.fr

Mobilisé·e·s et toujours aussi déterminé·e·s

Logos des organisations syndicales

Mobilisé·e·s et toujours aussi déterminé·e·s

Une mobilisation historique par sa force et sa durée, le soutien sans faille de l’opinion publique, l’avis du Conseil d’État : le projet de réforme des retraites n’a jamais été si fragile.

Nous appelons les personnels de l’ESR et les étudiants ainsi que l’ensemble du monde du travail et la jeunesse à poursuivre et à amplifier, dans tous les secteurs, la mobilisation dès maintenant et tout au long du travail parlementaire qui s’ouvre cette semaine par des actions diversifiées : rassemblements, retraites aux flambeaux, dépôts d’outils symboliques des métiers, etc. Il n’y aura pas de trêve. Des actions de mobilisation sont déjà prévues la semaine prochaine.

Nous appelons les personnels et étudiants de l’URCA à participer ce jeudi 6 février à la nouvelle journée interprofessionnelle de grève et de manifestations à l’occasion du début des travaux de la commission spéciale de l’Assemblée Nationale et à interpeller les parlementaires.

Mobilisations interprofessionnelles du jeudi 6 février 2020

  • Reims : 10h – Maison des syndicats, 15 boulevard de la Paix  Localisation sur google map
  • Troyes : 14h – Place de la préfecture  Localisation sur google map
  • Charleville-Mézières : 13h – Place Ducale  Localisation sur google map
  • Châlons-en-Champagne : 10h – Place de Verdun  Localisation sur google map
  • Chaumont : 11h – Devant la préfecture  Localisation sur google map

Pour les collègues BIATSS, le communiqué du 16 mai 2008 de la direction de l’université indique : « la seule participation à la manifestation les jours de grève n’entraînera pas de retenue de salaire. Les agents devront prévenir leur chef de service de leur départ ».

FO ESR, SNASUB-FSU, SNESUP-FSU, SPURCA-CGT

Non, les personnels de l’ESR et de l’URCA ne sont pas dupes !

Logos des organisations syndicales

Non, les personnels de l’ESR et de l’URCA ne sont pas dupes !
Ils confirment leur refus de la loi retraite et de la LPPR !

Après deux mois d’intenses mobilisations et alors que le conseil des ministres adoptait deux projets de loi concernant la réforme des retraites, la journée du vendredi 24 janvier a fait mentir ceux qui prophétisaient ce jour là un « baroud d’honneur » en rassemblant plus d’un million de personnes pour demander le retrait des projets de loi retraite et LPPR et dénoncer la politique menée par le gouvernement. Dans les cortèges, le nombre de collègues de l’enseignement supérieur qui ont défilé derrière des banderoles intersyndicales ou celles de leurs établissements est en nette hausse.

Le jour-même, le Conseil d’État a rendu public son avis sur le projet de création d’un régime universel de retraite. Il confirme que les personnels de l’enseignement supérieur et notamment les enseignant·e·s, les chercheur·e·s sont parmi les grand·e·s perdant·e·s de la réforme. Il confirme aussi que le gouvernement s’est moqué de ses agent·e·s. En effet son engagement de les revaloriser par le biais d’une loi de programmation est battu en brèche : le Conseil d’État déclare cette prétendue « garantie » condamnée à disparaître du texte car « ces dispositions constituent une injonction au gouvernement de déposer un projet de loi et sont ainsi contraires à la Constitution ». S’ajoute à cela des études d’impact du gouvernement truquées. Les études corrigées confirment que les femmes avec enfants sont les grandes perdantes et que les petits salaires perdent plus que les gros. De plus la notion d’âge pivot reste également présent dans le projet de loi pour s’appliquer à toutes les générations partant après 2037. Elles seront obligées de partir en retraite de plus en plus tard !

Le retrait de ce projet de loi s’impose et des discussions, déconnectées de la question des retraites, sur la revalorisation concernant tou·te·s les agent·e·s de la fonction publique doivent avoir lieu.

Non, les personnels de l’ESR et de l’URCA ne sont pas dupes !
Disons-le plus fort que jamais ce mercredi 29 janvier !

Le mercredi 29 janvier, veille de la conférence de « financement », doit être une journée massive de grève et de manifestations interprofessionnelles et intergénérationnelles.

Emmenons tou·t·es les collègues et étudiant·e·s avec nous, et poursuivons le renforcement et l’élargissement de la mobilisation en multipliant les initiatives les jeudi et vendredi qui suivent notamment avec des retraites aux flambeaux, des dépôts d’outils de travail, des assemblées générales, des initiatives en direction de la population.

  • Reims : 10h – Maison des syndicats, 15 boulevard de la Paix  Localisation sur google map
  • Troyes : 14h30 – Rond-point Robert Galley (devant Troyes Champagne Métropole)  Localisation sur google map
  • Charleville-Mézières : 13h – Place Ducale (départ du cortège à 14h)  Localisation sur google map
  • Chaumont : 15h – Place de l’Hôtel de Ville  Localisation sur google map

Pour les collègues BIATSS, le communiqué du 16 mai 2008 de la direction de l’université indique : « la seule participation à la manifestation les jours de grève n’entraînera pas de retenue de salaire. Les agents devront prévenir leur chef de service de leur départ ».

FO ESR, SNASUB-FSU, SNESUP-FSU, SPURCA-CGT